Franc-Maçonnerie en Israël 

Bienvenue sur le site de l'Etoile d'Israël


Active depuis 2005, l'Etoile d'Israël est la loge la plus ancienne, la plus importante et la plus active
du Grand Orient de France en Israël. Elle est l'héritière de la loge Barkaï qui avait vu le jour
à Jaffa en 1906, et qui a laissé son empreinte dans l'histoire.
Elle est située à Tel Aviv, la ville de la tolérance et de la laïcité.

A partir de septembre 2018 
L'Etoile
d'Israël se réunit les deuxième 
et quatrième mercredi de chaque mois

dans son Temple de Guivat Schmouel, près de Tel-Aviv


joindre l'Etoile d'Israël : postmaster@etoiledisrael.com
(en précisant le cas échéant votre loge et votre obédience)
vous serez recontacté
-o-o-o-o-o-o-o-o-

Textes et communiqués de l'Etoile d'Israël, revue de presse sur la franc-maçonnerie en France et en Israël, la paix et la laïcité

REVUE DE PRESSE 

les commentaires sont de la responsabilité du webmaster


 

Les héros méconnus de la gare de Fives
Louise Alméras | 11 septembre 2018
Le 11 septembre 1942, sous un soleil de plomb, plus de 500 Juifs doivent embarquer en gare de Fives (Lille). Grâce au dévouement de cheminots, certains d’entre eux sont arrachés aux mains des Allemands et sauvés de la mort. Ce sera l’un des plus gros sauvetages de la grande guerre. Des années plus tard, les survivants découvrent leur histoire.
Il aura fallu un historien passionné, Grégory Célerse, pour faire émerger de la mémoire cet événement hors du commun. Quand il se lance à la recherche du sort des familles juives du Nord-Pas-de-Calais, il découvre un sauvetage réalisé par des cheminots, le 11 septembre 1942. Ce jour-là, des hommes bravent les ordres pour cacher des enfants en un temps record et leur sauver la vie.
Plus..
Un article qui nous remue. Publié dans un site pour l'évangélisation par les médias avec le soutien de l'Église catholique. Transmis par EdT.
 
 
  Un idiot attentif
Purifier mon langage…
Fiodor, le 23 juillet 2018
J’ai déjà évoqué, ici même, un phénomène qui va s’amplifiant dans nos sociétés «développées». Il s’agit du traitement infligé au langage pour le mettre au service de visées politiques, idéologiques, voire commerciales. George Orwell (1903-1950) a magistralement mis en œuvre cette perversion du langage dans son roman 1984. Dans l’empire totalitaire de Big Brother, la propagande est confiée au Ministère de la Vérité (Miniver, en novlangue) et le lieu où les dissidents sont enfermés et torturés s’appelle Ministère de l’Amour…
Il faudrait être aveugle et sourd pour ne pas percevoir la dérive langagière qui s’exprime aujourd’hui, sur les réseaux sociaux, mais aussi dans les médias, y compris ceux qui tiennent le haut du pavé. Le conflit du Proche-Orient, dont je ne me lasse pas de vous rebattre les oreilles, en est un excellent exemple...
Plus..
 
 
Bely Landerer
1918-1945-2018 : Au tour de Manuel Macron de crier : « Plus jamais ça » ! 
par Bely - le 12 juillet 2016
Monsieur Macron a besoin d’aide pour supprimer toutes les « Grandes peurs qui font douter les démocraties » et établir une paix juste et durable à travers le monde ! Pour ce faire il n’hésite pas à employer les grands moyens et invite des dirigeants d’organisations internationales, des dirigeants d’ONG, des intellectuels, des acteurs, toutes celles et ceux qui veulent penser, agir, faire le multilatéralisme d’aujourd’hui. Attention, le temps presse : Le Forum de Paris sur la Paix est fixé aux 11-12 et 13 novembre 2018,
Type même de la symbolique « Tarte à la crème » où tout se mêle, où tout est trop, cette offre qui se veut hautement généreuse n’est ni pire ni meilleure que bien d’autres avant elle. Ce n’est donc pas prendre partie pour ou contre Mr Macron que de répondre à ce programme, qui que nous soyons, grands dirigeants ou petites gens, juste une personne lambda comme vous et moi pour qui … Critiquer et ne rien faire serait réellement trop facile, irresponsable, voire méprisable !
 
 
Klod Frydman



Une usurpation d’identité
Klod Frydman - 3 JUILLET 2018
Avant le sionisme, les divers mouvements Arabes de Palestine n’avaient pu trouver d’unité. Ils se définissaient soit comme Syriens, soit comme Égyptiens, soit comme Bédouins mais pas du tout comme palestiniens. Si on appelait « Palestinien » un arabe, offensé il répondait « je ne suis pas juif ». Les seuls à se dire Palestiniens étaient les Juifs.
En 1948, le sionisme avait donné naissance à l’État d’Israël, préférant ce nom à celui de Palestine inventé par l’empereur Hadrien après l’écrasement de la révolte de Bar Kokhba en 135 après JC. Il s’agissait déjà de rayer de la carte la Judée qui avait osé se dresser contre l’Empire Romain.
Un tour de passe-passe, une usurpation d’identité organisée par les Soviétiques et les pays musulmans à la conférence Tricontinentale de la Havane en 1966 a permis de réaliser la stratégie du KGB de créer le peuple arabe palestinien qui devait éradiquer Israël.
Plus..
 
 
Klod Frydman



Judaïsme, franc-maçonnerie et Israël
Klod Frydman - 1 JUILLET 2018
L'association de ces termes fait fantasmer les antisémites et les complotistes. Le « Protocole des Sages de Sion », faux document qui se présente comme un plan de conquête du monde par les juifs et les francs-maçons est leur bible. Qu’en est-il en réalité ?
L’Encyclopaedia Judaïca nous apprend que le blason de la Grande Loge d’Angleterre aurait été copié à partir d’un modèle réalisé par le cabaliste juif Jacob Judah Léon Templo, et que, pour les francs-maçons, la première loge maçonnique aurait été construite à Jérusalem pendant l’édification du Temple...
Plus..
 
 
 Yohanan Manor



L'antisionisme
Yohanan Manor,  Revue française de science politique, 34ᵉ année, n°2, 1984 - Fichier pdf généré le 25/04/2018
Par certains aspects l'antisionisme contemporain est très semblable aux idéologies antisémites du passé. Même tendance à généraliser, englober les Juifs dans une même catégorie, les juger et les condamner à partir des mêmes schémas et stéréotypes Toutefois il en distingue par le type spécifique de rationalisation il adopte et les nouveaux slogans formulations et mots codes. Il véhicule cette fois la mise en cause des Juifs du peuple juif et du judaïsme, opère par la condamnation de Etat juif et du nationalisme qui en est la raison être, le sionisme. Comme l'a expliqué Finkielkraut  "Si nous sommes nous Juifs accusés de quelque chose c'est d'Israël" ...
L'antisionisme offre une nouvelle rationalisation c'est une idéologie polyvalente tout fait singulière Elle ouvre la voie à de nouveaux avatars pour l'antisémitisme tout en prétendant ostensiblement s'en démarquer. Elle permet les combinaisons, les associations et les alliances les plus incroyables les plus impensables tout en en masquant le caractère insolite.
Plus..
 
 
   Marc Lefèvre
 
 Le Cri du peuple
 Tout ça n'empêche pas Nicolas, que la Commune n'est pas morte !

Pas de pays pour les Juifs sans pays pour les Palestiniens
Marc Lefèvre se définit comme sioniste de gauche. Il a été parmi les fondateurs, et porte-parole pendant plusieurs années de « La Paix maintenant », organisation de soutien en France du mouvement Shalom Arshav en Israël. - 21 juillet 2013
Qu’en est-il du processus de paix ? Bloqué ou pas ?
Il est dans l’impasse mais pas uniquement en raison du gouvernement israélien. Il subit aussi les blocages de la société palestinienne. Les responsables politiques palestiniens n’osent pas aller devant leurs électeurs pour leur dire « on n’aura pas tout, il faudra accepter des compromis douloureux ». Il est vrai qu’ils ont déjà tiré un trait sur la majeure partie de leurs revendications territoriales, mais reste l’épée de Damoclès du droit au retour, qui est instrumentalisé par les deux factions extrémistes : les juifs religieux et les radicaux palestiniens, pour bloquer toute avancée vers des négociations sérieuses et sincères.
Il y a pourtant eu les accords de Genève, qui ont rapprochés les deux peuples de la paix.
J’ai suivi ce processus de très près. Les négociations de Genève constituent le modèle théorique de l’accord qui pourrait être signé. Il est très profondément ancré dans l’inconscient des deux peuples que s’il y a un accord signé un jour, ce sera sur cette base. Mais je pense que les Palestiniens n’y sont pas encore prêts ni une partie des Israéliens.
Plus..
 
 
Olivier Rafowicz



Ne vous trompez pas d’ennemi !
Par Olivier Rafowicz - colonel de réserve de Tsahal. Le 11/04/2018 
Si la communauté internationale condamne Israël quand des masses de Palestiniens enragés, tous affiliés et membres actifs du Hamas, manifestent violemment, brûlent des dizaines de milliers de pneus, lancent des cocktails molotov, essaient de pénétrer en territoire israélien aux cris de « mort à Israël », ou « nous voulons revenir en Palestine ! » - c’est-à-dire dans l’État d’Israël -, alors la situation n’est pas seulement grave, elle est surtout très claire !
Plus..
 
 
  Richard Rossin

Les expulsions des Juifs de France
Par le Dr Richard Rossin, ancien secrétaire général de MSF, co-fondateur de MDM, délégué général du Collectif Urgence Darfour. - PUBLIÉ LE 10 JUILLET 2013
L’idée dans l’air du temps est que la vie fut aux Juifs à peu près douce et calme dans le merveilleux royaume de France ; parfois un peu bousculés, mais toujours présents. En effet, peu, même parmi les élites, ne connaissent ni l’immense Rachi, ni les savants juifs de Provence qu’honoraient seigneurs et Papes, pas plus qu’ils ne connaissent les expulsions. Habituellement d’ailleurs, en matière d’expulsion des Juifs en Europe, vos interlocuteurs ont entendu parler de la deuxième expulsion espagnole de 1492, rarement de la portugaise de 1497 tout aussi dramatique. Demandez : « et en France ? » la réponse est habituellement un « jamais » catégorique, parfois une moue dubitative. Au « jamais », je réplique « fontaine…» : le royaume de France fut celui d’où les Juifs furent le plus souvent spoliés et expulsés jusqu’à avoir été pendant près de trois siècles, comme on dira plus tard Judenrein, de 1394 à 1648. Combien de fois avons-nous entendu « heureux comme Dieu en France » ?
Plus..
 
 
Marc Lefevre


Le conflit israélo-palestinien est dans l’impasse
Marc Lefevre - février 2018
Illusoire est la prétention du régime Trump de vouloir imposer un accord aux Palestiniens en faisant pression sur des régimes arabes fragilisés, avec la bénédiction d’un gouvernement israélien tétanisé par la multiplication des affaires de corruption.
Pendant ce temps Mahmoud Abbas a comme seul stratégie d’en appeler à la communauté internationale pour une reconnaissance immédiate d’un Etat Palestinien, comme il vient de le faire cette semaine à la tribune des Nations Unies.
Dans les conditions actuelles, cette communauté internationale ne manifeste ni la capacité ni la volonté d’agir pour le résoudre, il nous faut donc faire le constat honnête que cette stratégie est vouée à l’échec...
Plus..
 
 

Le Hamas semble avoir pour seul principe de conduite la poursuite de des intérêts propres
Ari Heinstein et Amos Yadlin - Publié le 7 juin 2018 dans Le Monde
Alors même que le mouvement de protestation de Gaza a pris une tournure de plus en plus violente ces dernières semaines et qu’une centaine de roquettes et de mortiers ont récemment frappé le sud d’Israël, l’Etat juif s’est constamment employé à limiter le nombre de victimes des deux côtés tandis que le Hamas cherche au contraire à les multiplier.
Depuis qu’il a pris le contrôle de la bande de Gaza, le Hamas a échoué sur les plans politique, économique et militaire, d’où sa quête d’une nouvelle stratégie. En décidant d’organiser des manifestations violentes le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, le Hamas semble avoir fait un choix, celui de la confrontation avec Israël. Cette confrontation se situant en deçà de l’affrontement armé, elle permet au Hamas d’occuper un terrain sur lequel il possède un avantage concurrentiel, celui de l’opinion publique mondiale.
Cette stratégie place en effet Israël face au dilemme suivant : protéger sa souveraineté et la sécurité de ses concitoyens implique la neutralisation d’individus (armés et non armés) essayant de franchir de force sa frontière, quitte à ce que son image internationale en pâtisse ; ne pas protéger ses frontières au risque d’une infiltration massive d’individus hostiles entraînant un bien plus grand nombre de victimes de part et d’autre.
Plus..
Article du Monde qui ne nous avait pas habitués à une telle impartialité. Il a été repris à juste titre par le Crif.
Le sang qui coule, d'où qu'il vienne est un drame. Il y en a en France qui déplorent le manquent de victimes juives, il y en a qui regrettent que le nombre d'arabes tués soit trop faible, ce sont souvent les mêmes. Israël aurait-il pu se protéger en ne faisant pas de victimes ? Peut-être. Mais j'ai guetté les commentaires des spécialistes en contrôle des manifestations qui auraient pu suggérer des solutions, ils sont restés bien silencieux.

 
 
Le sionisme devrait être un modèle pour la France d’aujourd’hui
Par Steve Nadjar Le 30/05/2018
Lorsque j’ai fait mon alyah, il y a quarante ans, je l’ai fait avec un véritable amour de la France, de la culture française. J’avais l’idée que, lorsqu’on faisait son alyah, on ne rejetait pas son héritage historique et culturel mais qu’au contraire, celui-ci venait enrichir le projet d’alyah. Mais je me rends compte aujourd’hui que les Juifs de France connaissent un malaise, qu’ils sont dans un rejet de la France et que la France les rejette aussi d’une certaine façon. Lorsque je me suis intéressé à ce qu’on appelle aujourd’hui le « déclin français », je me suis rendu compte qu’il était lié au fait que la France était en train de rejeter son héritage juif...
Philosophe et ancien directeur du Département de l’Education de l’Agence Juive, Michaël Bar-Zvi (zal) est décédé mardi 29 mai, à l'âge de 68 ans. Cet intellectuel israélien, élève d'Emmanuel Levinas et Pierre Boutang, analysait, livre après livre, la relation entre pensée juive et philosophie politique, proposant une réflexion originale sur l'histoire du sionisme et son apport à la civilisation.
Je connaissais Michaël Bar-Zvi depuis bien avant son Alyah. Je lui avais dévoilé, à lui, l'historien de Jabotinsky, l'appartenance de ce dernier à la franc-maçonnerie. C'est une grande perte pour le développement de la connaissance de la pensée juive. Gémissons...
 
 



Les Arabes aiment la Palestine, pas les Palestiniens
Klod Frydman - 29 mai 2018
Qu’est-ce que la bande de Gaza ? Un territoire de 363 kilomètres carrés, long de 55 kilomètres. Sa délimitation est définie par l’ONU. Au sud, sa frontière est héritée du tracé du mandat britannique sur la Palestine en 1922. Au nord et à l’est, c’est la ligne de démarcation fixée par l’armistice entre Israël et l’Égypte le 24 février 1949.

Pauvre Gazaouis. Ils reçoivent des encouragements et des condoléance, ils restent soumis à un régime obscurantiste, affamés, instrumentalisés, envoyés à la mort par le Hamas, abandonnés par leurs frères arabo-musulmans. Les Palestiniens ont toutes les raisons d’affirmer que « les Arabes aiment la Palestine, pas les Palestiniens ». C’est une situation perdant / perdant qui ne sert qu’aux pays qui font semblant d’intervenir et qui en profitent pour régler des problèmes intérieurs. Le Hamas est la branche palestinienne des Frères Musulmans...

http://frblogs.timesofisrael.com/les-arabes-aiment-la-palestine-pas-les-palestiniens/Plus..

 
 
Avraham Assuied


L’Isle de France
Par Avraham Assuied - 29 mai 2018
Les années 70 en France, furent sans doute avec les années 20, les meilleures du 20e siècle.
Les ados des années 70, dans mon quartier par exemple, se composaient d’une majorité de Français pure souche, garçons et filles, d’un certain nombre d’Arabes ressortissants pour la plupart d’Algérie, fraichement décolonisée, et de quelques Juifs. Les prénoms étaient français, sauf ceux des Musulmans.
Kabyles ou Arabes, (il ne fallait pas les confondre) s’appelaient Ali, Rachid, Mouloud, Ramdam. C’étaient de bons camarades d’école, devenus des potes puis des amis. L’Afrique noire était moins représentative dans ces quartiers populaires de Paris, à quelques bouffées de cigarette de la République.
Les diabolos menthe, lait grenadine et autres boissons colorisées d’alors, consommés dans les bars d’Isle de France, agrémentés de Juke box, babyfoot et flipper, canalisaient les crises existentielles d’adolescents aux cheveux long, sapés de pattes d’éph et de chemise à fleurs.
Abraham AssueidPlus..
 
 
Nello


Hélène Grimaud victime !
Simone Nello - 26 mai, "De Jonathan De Lathouwer"
C'est quoi çà ? Ça s'appelle comment ces comportements ? :
Hélène Grimaud est une pianiste française de renom ayant reçu de nombreuses distinctions dont celles de Chevalier de l'Ordre national du mérite et de Chevalier de la Légion d'honneur.
Hier elle donnait un concert au Bozar. Fait plutôt rare,son récital a dû être interrompu pendant de longues minutes.
Problèmes techniques ? Pépin physique ? Il n'en est rien, Hélène Grimaud est juive.
Certes, un piano communique, ses mots sont ses notes et sa langue, la musique, peut être comprise par tous, elle est universelle. Cependant pour certains, Hélène Grimaud ne fait pas partie de cette universalité car une juive qui joue au piano ce serait de la propagande pro-israélienne.
Elle a donc été contrainte de suspendre sa musique car les sons exceptionnels de son piano ont été subitement couverts par les cris d'activistes se disant pro-palestiniens.
Cet antisémitisme-là doit être condamné au même titre que celui d'extrême droite et ne bénéficier d'aucune complaisance.
Comme quoi la musique n'adoucit pas les mœurs des imbéciles et des antisémites, les deux étant souvent réunis.
 
 

Syrie : un drame sous nos yeux
Par Olivier Rafowicz Le 02/03/2018
La guerre en Syrie n’est pas terminée. La guerre en Syrie continue. Les centaines de morts, depuis maintenant quelques jours dans le quartier de la Ghouta à Damas sont le résultat d’attaques d’une cruauté sans nom de l’armée de Bachar al-Assad contre sa propre population, et ce n’est pas encore terminé.
400 morts en moins de trois jours, des milliers de blessés, des quartiers rasés et le monde dans une profonde indifférence. Les enfants qui meurent à Damas sous les bombes de l’armée syrienne.
Plus..
 

 Richard Rossin


Jérusalem : des repères symboliques et historiques

Richard Rossin |  - dimanche 24 avril 2016 

Nous suivrons une chronologie sélectionnée pour vous, en 17 points choisis pour vous surprendre.
1. Premier point. Le site de Jérusalem n’avait raisonnablement pas d’avenir, la région est isolée, à distance de tout fleuve et de toute route commerciale. Le piton rocheux aride qu’on appelle l’Ophel, au sud du mont Moriah, a pour seuls atouts ses parois abruptes et la source de Gihon à ses pieds. La cité jébuséenne est un point de surveillance face au désert.
Plus.. 
Conférence au Colloque International Schibboleth sur Jérusalem
 
 
Turquie – Israël. Vous avez dit Génocide ?
Klod Frydman - 17 MAI 2018
En réaction aux événements de Gaza, le président turc Recep Tayyip Erdogan a rappelé pour consultations ses ambassadeurs en Israël et aux Etats-Unis. Il a accusé Israël de « génocide ». C’est très intéressant, en effet, la Turquie est experte en génocide, elle en a commis pas moins de trois au 20ème siècle, et que dire de son action aujourd’hui contre les Kurdes.
Plus.. 
 
 
 Richard Rossin

Cambon VS Balfour ; le soutien oublié de la France au projet sioniste. 
Richard Rossin, le 14 mai 2018
La déclaration Balfour du 2 novembre 1917, n’est pas la première déclaration étatique en faveur de la naissance d’un Etat juif mais on lui attribue généralement la maternité d’un Etat d’Israël pourtant déjà en gestation avancée.
Plusieurs mois avant, le 4 juin 1917, Jules Cambon, Secrétaire Général du Quai d’Orsay a publié une lettre ouverte à Nahum Sokolov, représentant de l’Organisation Sioniste Mondiale en France. Il lui assurait le soutien de la France pour le retour de la nationalité juive sur la Terre d’Israël. 
Qui imaginerait, aujourd’hui , le Quai d’Orsay pionnier du soutien au sionisme ?
Dans un exposé passionnant, Richard Rossin retrace les dessous de l'histoire qui a mené à réussite du mouvement sioniste et à la création de l'Etat d'Israël. Il évoque les conséquences sur la politique internationale actuelle.
 Plus.. 
 
 
Israël et la concentration des pouvoirs
Par Jacques Benillouche - mardi 8 mai 2018
Non ce n’est pas exagéré de dire qu’Israël prend un mauvais chemin. Dans tous les pays démocratiques, il existe une structure d’État chargée de contrôler les éventuelles dérives du gouvernement. En France, le Conseil Constitutionnel veille à la régularité des élections nationales et des référendums et se prononce sur la conformité à la Constitution des lois votées par l’Assemblée nationale et le Sénat. 
La Cour suprême du Royaume-Uni est la juridiction la plus élevée de l'ordre judiciaire au Royaume-Uni dispose du droit de juger les lois. Enfin, pour les Etats-Unis, la Cour suprême contrôle la constitutionnalité des lois mais a posteriori, après que la loi a été promulguée.
Il est important qu’une juridiction indépendante existe pour contrôler l’exécutif qui ne doit pas avoir les mains tout à fait libres. Or en Israël on veut tout faire pour limiter les pouvoirs de la Cour Suprême qui pourtant ne connaît que le droit et ne juge qu’en fonction des textes votés par la Knesset. Il est vrai que la majorité actuelle se plaint que plusieurs textes aient été retoqués par la Cour parce qu’ils n’étaient pas conformes aux Lois fondamentales, faisant office de Constitution.
 
 Les conséquences en termes de stabilité des interventions militaires étrangères dans le monde arabe
par Flavien BOURRAT - 13/04/2018 
Le début du XXIe siècle est marqué par la multiplication des interventions militaires étrangères sur un périmètre étendu du monde arabe, s’étendant du Maghreb à la péninsule arabique, qu’il s’agisse de la Libye, de la Syrie, de l’Irak ou du Yémen. Cette donne, inédite depuis la décolonisation, intervient dans un contexte régional plus que jamais instable et tendu à l’extrême.
Cette étude se propose d’analyser les conséquences des interventions militaires étrangères dans le monde arabe – dont certaines sont encore actuellement en cours – en termes de stabilité et de sécurité. Il ne s’agit pas ici de s’interroger sur les intentions initiales des acteurs qui en sont à l’origine ou sur le cadre juridique censé les encadrer ou non, mais sur les effets de ces interventions au niveau des contextes politiques, humains et sécuritaires des pays concernés et de la région tout entière...
 
 
Yohanan Manor

Israël et les Nations aujourd'hui
Jérusalem, 20 Mars 2018
Le texte d'une conférence donnée à Jérusalem, le 20 Mars 2018
Des changements inimaginables sont survenus dans les rapports entre Israël et les Nations au cours des 125 dernières années. Pourquoi 125 ans ? Parce que c’est alors qu’un des fondateurs l’Ecole des Sciences Politiques publie Israël chez les nations où il dresse bilan édifiant de l’état de la nation juive.
A partir de ce bilan, le Dr Yochanan Manor dresse la situation de la Nation Juive parmi les autres nations, jusqu'à aujourd'hui. Une analyse complète et synthétique qui nous en apprend beaucoup sur ce que nous croyions déjà savoir.
Israël parmi les nations Plus.. 
 
 



Les contradictions 
Par Avraham Assuied - 27 mars 2018

Il est clair que les attentats ciblés contre les forces de l’ordre en Israël et ceux commis en France contre des Juifs innocents, l’euphémisme n’est pas usurpé : hommes, femmes, enfants, vieillards, des civils inoffensifs, religieux ou pas, ne poursuivent pas le même but.
Dans le premier cas, c’est un énième remake de David et Goliath dans des rôles inversés, qui se répète inlassablement sur le territoire perdu d’une Palestine imaginaire, en attendant Godot ou la fin de la grande illusion. Comment ? On ne sait pas trop, mais qu’importe, tant que le fric tombera dans l’escarcelle des marionnettistes, tout ira bien.
 Plus.. 
 

Le complotisme au sommet de l’armée Française
Klod Frydman, le1er Avril 2018, 
L'abbé Augustin Barruel a inventé le complot maçonnique qui aurait été à l’origine de la révolution française. Il a été le premier à dénoncer le soi-disant complot juif qui aurait dirigé la franc-maçonnerie. Thierry Meyssan, maître actuel de la théorie du complot est son digne successeur....
Mais ce n’est pas le plus grave. Un autre membre de cette nébuleuse, le général Dominique Delawarde,...
 Plus.. 
 
 

 Mediapart publie des blogs anti-Kabyles et antisémites !
Samedi 16 décembre 2017 - par Hebib Khalil
Il offre une tribune de choix à des voix chauvines
Médiapart, le journal cher à Edwy Planel, se mue-t-il en tribune antisémite et anti-Kabyle?
C’est en tout cas ce que l’on constate en lisant un blog infâme, publié sur le site français le 14 décembre dernier. L’auteur, un certain Youcef Benzettat, y déverse sa haine sans limite des Juifs et des Kabyles, dans un papier intitulé : Le Mossad : « C’est par la Kabylie que nous ferons exploser l’Algérie ».
Cet énergumène qui n’en est pas à sa première, est également journaliste au site d'information Algérie Patriotique, se déchaîne sans demi-mesure sur la Kabylie et les Juifs.
 Plus..  
 
 

Le Myosotis du Dauphiné Savoie

Templiers, francs-maçons et nazis en Palestine
Klod Frydman - 14 août 2017
Peut-on aborder la participation arabo-musulmane au mouvement national-socialiste, et les liens entre la résistance antisioniste et les organisations nazies et néo-nazies ?
Et peut-on le faire sans évoquer les acteurs essentiels que furent les templiers, les francs-maçons et sans parler du rôle de l’Allemagne nazie ?
Islamisme militant – nazisme, un lien incontestable ?
Le sujet sent le souffre, il n’est pas politiquement correct. Pourtant le lien de parenté idéologique et de continuité entre le national-socialisme et l’islam militant est incontestable. Il remonte aux années 1930 et se poursuit jusqu’à nos jours.
Le nationalisme arabe ne se réduit pas à sa composante fascisante, mais cette dernière représente un élément fondamental pour comprendre la guerre interne à l’islam. Elle s’incarne aussi bien dans la guerre de l’islamisme contre les musulmans humanistes et modérés et contre l’Occident que dans la diffusion des thèses antisémites dans le sillage des méthodes de propagandes nazies.
C’est un facteur essentiel, bien que généralement occulté, de la perpétuation des conflits du Proche-Orient.
 Plus..  

Le judaïsme laïque hier et aujourd’hui
Par Izio Rosenman
Les précurseurs Si l’on voulait chercher quelques précurseurs à la figure du juif laïque on lui trouverait un ancêtre très lointain, Elisha Ben Abouyah, dit Aher, rabbin du Talmud des années 100-150 E.C, dont la figure mythifiée est souvent convoquée par des libres penseurs juifs au XIXe. Une figure de transgression, car après avoir observé qu’il n’y avait en ce monde ni récompense pour l’observation des mitsvot ni punition pour leur transgression, il devint athée et proclama « il n’y a pas de justice ni de Justicier sur cette terre » Et puis, plus près de nous, on peut penser à trois personnages emblématiques: Spinoza (1632-1677), Mendelssohn (1729-1786), et Freud. Dans leur histoire...
 
 Paru dans 

 Les Cahiers 
        de l'Ailleurs

 La Futûwa ou compagnonnage arabo-musulman
Par Gérard Galtier, avec son autorisation

Chaque fois que l'on étudie les anciennes civilisations urbaines, on constate que l'artisanat a été lié à des organisations corporatives de métier et très souvent aussi à des rites de passage que l'on peut considérer comme des initiations. Ce fut le cas dans l'ancienne civilisation romaine où il existait une organisation des métiers sous le patronage du dieu Janus. Ce fut aussi le cas au début de la civilisation arabo-musulmane, avec le compagnonnage de la « Futûwa ». L’on ne sait pas s'il y eut des liens directs entre la Futûwa et le Compagnonnage occidental et la Franc-Maçonnerie. Mais il y a en tout cas des analogies qui sont intéressantes à connaître.

La Futûwa est une forme d'organisation des métiers artisanaux qui se développe au début de l'Islam, notamment dans les grandes villes du Proche-Orient. Elle apparaît comme une nécessité sociale dans la nouvelle société, née de la conquête arabe. Elle est sans doute issue de traditions pré- islamiques ; mais elle va se donner un patronage musulman pour s'insérer dans le nouveau système idéologique. La Futûwa, espèce de chevalerie du travail, est tout à la fois un système d'apprentissage du métier, d'entraide et d'initiation.... 

J'ignorais tout de la Futûwa. Gérard Galtier, historien et linguiste nous montre qu'il existait en Islam, à notre 8ème siècle une organisation que l'on peut comparer à notre compagnonage où à notre franc-maçonnerie qui sont apparus bien plus tard. La Futûwa a disparu au début du 20ème siècle, dans la même période que la franc-maçonnerie dans la plupart des pays d'Islam, y a-t-il une correlation ?
 



Ce site souhaite répondre à deux objectifs :

Informer en Israël ceux qui s'intéressent à la franc-maçonnerie ou qui désirent nous rejoindre en expliquant ce qu'est le Grand Orient de France, ce qu'est la franc-maçonnerie qui a pour principe la liberté de conscience et ce qu'est notre loge. On trouvera sur ce site les évènements publics marquants de notre obédience. On y trouvera également les liens qui permettent d'entrer en contact.

Informer les soeurs et frères du Grand Orient de France et des autres obédiences qui s'intéressent à la région, qui préparent un voyage, sur l'existence, la vie et les positions de notre loge en Israël, leur permettre de nous joindre.

On ne trouvera pas sur ce site d'animations, d'effets artistiques. Notre but n'est pas de faire du marketing mais de donner un autre regard, une vision ouverte, conforme à nos principes a la fois sur une région ou les informations sont si nombreuses, confuses et partisanes qu'elles en sont impossibles à démêler et sur une institution humaniste, initiatique et fraternelle qui pratique la liberté absolue de conscience, étudie la morale, recherche la vérité et pratique la solidarité. 

Souvent ceux qui ont vision partielle ou partiale de la situation au Moyen-Orient nous demandent : "est-ce que vous acceptez des palestiniens?" Il faut savoir que la seule discrimination que nous pratiquons est celle de la langue. Nous nous exprimons en français et ne pouvons donc accepter que des candidats francophones. Les candidats qui s'expriment en arabe, en hébreu, en russe ou en sumérien moderne sont orientés vers des loges qui travaillent dans ces langues.